MOB

Artisans Hoteliers

C’est au cœur même des Puces de Saint-Ouen, que MOB, Artisans hôteliers, ouvre les portes de son nouvel établissement de cent chambres, sous le nom de MOB HOUSE. C’est là, à une centaine de mètres à peine du MOB HOTEL inauguré en 2017, que Cyril Aouizerate, Michel Reybier et Philippe Starck se sont associés pour écrire ensemble, trois années durant, cette continuation d’une seule et même histoire, ce second chapitre d’un seul et même roman.

La France dans sa vision universelle

MOB HOUSE, c’est d’abord retrouver la France comme destination et raison d’être même du voyage. Une France qui jamais ne confond l’amour des siens avec la haine des autres. Parce qu’elle est la nation la plus visitée au monde. Parce que la crise inédite du COVID a conduit les Français à redécouvrir et à se réapproprier leur propre pays. Parce qu’en un hexagone parfait, la France offre la plus incroyable diversité de paysages et de climats, de patrimoines naturels ou culturels qui se puisse imaginer. Au MOB HOUSE, la France sera partout présente, offerte en partage à tous les hôtes. A commencer par la carte de sa brasserie de 200 couverts, revisitant sous l’angle de la légèreté, les grands classiques de la gastronomie française.

L’écologie sociale

MOB HOUSE, c’est aussi l’environnement pour préoccupation première et l’écologie sociale comme principe directeur. Depuis la construction du bâtiment privilégiant la terre cuite, le bois ou l’argile, jusqu’au mobilier accordant la priorité aux matériaux naturels. Depuis l’offre de restauration consacrant les produits frais, les petits producteurs bios et les filières courtes. Jusqu’à ses 2 000 m2 de jardin de pleine terre plantée d’arbres et ses potagers en terrasse. Avec, en exclusivité et comme toujours chez MOB, des produits d’hygiène et d’entretien certifiés bio...

Le travail

MOB HOUSE, c’est surtout le travail consacré au cœur même de l’errance et de l’hospitalité. Depuis la construction du bâtiment, privilégiant le savoir-faire d’artisans venus de France et d’Italie. Jusqu’à la cuisine, offrant à la vue des convives la confection des plats qu’ils vont déguster. Avec ses espaces dévolus au travailleur nomade, qui vient là pour une heure ou un rendez-vous, pour la journée ou le temps d’un déjeuner professionnel. Avec sa boutique proposant à la convoitise du visiteur et à l’achat du travailleur des objets de papèterie, de dessin ou d’écriture. Avec ses salles de séminaires, accueillant des équipes venues là trouver le refuge, tout à la fois dépaysant, accueillant et stimulant, susceptible de les aider à réfléchir, élaborer, produire ensemble leurs projets. Et puis, et peut être plus que tout, c’est dans « la chambre 3 en 1 » que la centralité du travail et de la production s’incarne au MOB HOUSE. C’est là que se croisent sans jamais se confondre, le travail et le repos, le professionnel et l’intime. C’est là que, pour le prix d’une nuit d’hôtel, l’entrepreneur voyageur dispose désormais, en un seul et même espace modulaire, d’une grande chambre, d’une authentique salle de réunion et d’un vrai bureau.

MOB HOUSE, c’est penser l’idée du luxe à travers un rapport ironique au temps et à l’hybridation des espaces. Avec son restaurant, sa salle de sport, son wifi très haut débit, ses terrasses ou sa piscine extérieure, l’hôtel satisfait naturellement à toutes les exigences propres à un quatre étoiles. Pourtant, ce qui fonde la conviction profonde de ses créateurs est tout autre. Car pour eux, c’est ailleurs que réside la véritable richesse offerte en partage par MOB HOUSE à tous ses hôtes. Une richesse qui pourrait-être ainsi résumée : du temps et de l’espace. La valeur d’un temps suspendu, pour une heure, un jour ou toute une semaine. Le temps d’un déjeuner, d’une nuit ou d’un séjour… Le luxe d’un espace ouvert à chacun, quelque part entre travail et loisir. Lieu, non pas de dilution, mais tout au contraire de conciliation entre le professionnel et l’intime…

Télécharger MOB DÉAMBULATION

Et puis MOB HOUSE, c’est encore mille autres surprises, références cachées et petits clins d’œil parfois en forme de subtiles dérisions, qu’il appartiendra à chacun de découvrir à mesure qu’elles se dévoileront à lui...